Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Congo : le ministre de la Justice appelle au bon sens des magistrats

Le ministre de la Justice et des Droits humains, Ange Aimé Wilfrid Bininga, a fait une communication, le 5 octobre dernier à Brazzaville, à l’endroit des magistrats des parquets, les conviant à la modernisation de la justice et au bon sens.



Congo : le ministre de la Justice appelle au bon sens des magistrats
Pour le ministre Bininga, qui entend travailler la main dans la main avec les autorités judiciaires dans le respect d’indépendance et des responsabilités qui sont les leurs, cette communication a été une sorte de prise de contact. 

Il a indiqué que la justice est le miroir d’un Etat, elle permet de lire l’honorabilité d’un pays. Aussi a-t-il invité ces hommes de loi à contribuer à l’honorabilité du Congo en garantissant la transparence et l’impartialité.  Il a ajouté que par le respect de ces points, le pays gagne en crédit et contribue au respect et à la promotion des droits humains.

Ange Aimé Wilfrid Bininga a rappelé la méthodologie dans de travail, notamment concernant la modernisation de la justice dont il fait allusion. Il a évoqué le fait d’aller de l’avant par l’acquisition des nouvelles méthodes par rapport aux reproches à l’endroit des services judiciaires.

«On nous reproche beaucoup de choses», a-t-il déclaré en citant les maux qui minent la justice congolaise : la lenteur des instances ; la lenteur des procédures ; les antivaleurs. « Si ces maux s’avèrent vrais, nous tirons notre justice vers le bas», a déploré le ministre.

Il a annoncé que ceux qui posent ces actes seront sanctionnés sévèrement. Il a appelé le personnel à élaborer chaque année les statistiques pour mieux apprécier l’activité judiciaire, afin que ces statistiques aident le gouvernement à orienter son action publique dans le domaine de la justice. Cette méthode va permettre non seulement d’évaluer le travail des différents parquets, mais également de suivre le niveau de délinquance de la société congolaise.

«Les juges, à travers les statistiques, peuvent identifier les délinquants récidivistes, les crimes les plus récurrents et les parties du pays où l'on trouve plus de bandits ou de criminels. Elles peuvent également aider la police et les ONG œuvrant dans les domaines de lutte contre les crimes et autres infractions », a expliqué M. Bininga.

Dans le souci de la suivie de l’évolution du travail, il a annoncé l’organisation, au début de chaque année, d’une conférence des chefs des juridictions en vue de faire l’évaluation de ces statistiques. Il a exhorté les magistrats à bannir les antivaleurs et autres vices.

En plus, le ministre a attiré l’attention de ses interlocuteurs sur le respect des délais de détention, tout en leur rappelant que le Congo a souscrit aux nombreux instruments juridiques internationaux pertinents dont il a l’obligation d’en respecter les dispositions.

Toujours dans le cadre du bon fonctionnement, il a noté qu’un fonctionnaire ne devrait pas abandonner le poste de service s’il n’est pas encore remplacé ni muté ; sauf en cas de décès. Le ministre Bininga a affirmé qu’il veillera à ce genre de situation qui constitue des vices qui gangrènent l’administration publique congolaise.

Kury Kounga



Nouveau commentaire :

International | Politique | Economie | Culture | Ecologie | Sports | Science et Technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle


Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces