Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Congo : le gouvernement entreprend de fermer des centres médicaux illégaux

Quatre structures sanitaires privées sur les 385 recensées à Brazzaville qui ne répondent pas aux normes, ont été fermées ce 13 septembre. Le processus se poursuivra jusqu’au 15 du même mois dans la ville capitale avant de gagner d’autres localités du pays.



Suite à la circulaire n° 00027/ MSP/CAB/IGS- 16 du 26 juillet 2016, relative à la lutte contre l’exercice illégale des professions de santé, la ministre de la Santé et de la Population, Jacqueline Lydia Mikolo et le maire de la ville capitale, Hugues Ngouélondélé, avaient annoncé le lancement de l’opération de fermeture des centres médicaux privés illégaux qui ne remplissent pas les conditions d’exercice libéral de la médecine au Congo. La suspension annoncée n’est pas restée lettre morte, bien au contraire elle est entrée en vigueur ce 13 septembre. Les services de contrôle de l’Etat, de la police administrative et de la gendarmerie sont descendus sur le terrain.

Première destination, la clinique du professeur Zhou à Moukondo en face de l’école de Police. Ce dernier sort de son bureau à l’arrivée de la délégation. L’inspecteur Jean Martin Mabiala lui donne lecture de la décision ministérielle avant qu’un gendarme ne fasse autant pour la notification. Le professeur Zhou dont la profession sur le passeport est bien énumérée : technicien, ne comprend pas français. Un congolais travaillant avec lui tente d’interpréter tout en se justifiant. Trop tard, la fermeture à titre conservatoire est annoncée. Les malades, selon l’inspecteur seront transférés dans un centre médical plus proche pourvu que celui-ci réponde aux normes.
 
Le cabinet médical coréen, dans la rue Lekana à Moungali a été la deuxième cible du jour. Là, pas un seul malade. Le docteur Kim et sa femme sont de service. Les deux ne s’expriment pas en français, ils ne le comprennent pas non plus. A la question de savoir comment ils font pour communiquer avec les malades. Le docteur Kim s’explique. « Malade arrive, il dit mal ici, mal ici et je soigne », a-t-il déclaré avec beaucoup d’approximation. Les agents de contrôle de l’Etat lui ont demandé son diplôme et son autorisation d’exercer au Congo. Sans hésitation, le docteur Kim a expliqué que ses documents se trouvent auprès d’un cadre congolais qui travaillerait au ministère de la Santé. Celui-ci est son patron, à l’en croire et que c’est ce cadre qui lui aurait donné l’invitation pour quitter son pays afin de venir exercer au Congo.
 
Par ailleurs, les contrôleurs de l’Etat ont débarqué à la clinique médicale coréenne de la RDP, toujours à Moungali, sur l’avenue Trois martyrs, arrêt auto-école. Ici la réalité est la même. Un couple au service des malades. Le docteur Kim, comme dans l’autre cabinet médical, ne comprend pas français. Les lits des malades sont faits de contre-plaqués couverts de tapis communément appelés gerflex. Ici, le docteur s’est montré un peu brutal. Il a également cité le même cadre du ministère de la Santé qui serait son chef… Il l’a d’ailleurs joint au téléphone pour demander secours. Réalisant qu’il s’agit d’un contrôle, ce cadre a raccroché pour ne plus être joignable… Aussi, un centre animé par un congolais à Poto-Poto a été fermé pour les mêmes raisons. Le propriétaire absent à l’arrivée des services de contrôle aurait répondu à une convocation de la Police sur l’illégalité de sa structure, a expliqué l’une de ses employées. Cela n’a pas suffit pour empêcher ces derniers de respecter leur procédure de travail : lecture de la décision et de la notification, demande de présentation des papiers, saisie du matériel et affichage de la note de fermeture au fronton du bâtiment. 
 
« Il règne un désordre dans l’implantation de certaines structures sanitaires privées dans notre pays. Les centres médicaux que nous avons fermés ce jour n’ont pas d’autorisation d’ouverture, ni d’autorisation d’exercice liberal de la médecine au Congo. Cela va à l’encontre des lois et règlements de la République », a expliqué l’inspecteur Jean Martin Mabiala qui a également procédé à la saisie du matériel de travail de tous ces centres fermés. L’opération se poursuivra jusqu’au 15 septembre.


IciBrazza.Com



Commentaires articles

1.Posté par cfco le 14/09/2016 22:04
c bien.par contre pas de xenophobie.

2.Posté par Koutsimouka Hervé-Gilles le 18/09/2016 19:58
A quoi bon intervenir si vous n'êtes pas en mesure de partager cette réflection avec les autres...

3.Posté par le fils du pays le 20/09/2016 16:17
Monsieur Sassou,ses amis et son système ont echoue dans tous les plans.
Ils ont ouvert grandes les portes du Congo a tous les criminels du monde.
Si un état est incapable d'offrir les services santé a sa population a travers une institution publique alors a quoi sert son role.Les faux diplômes nationaux et étrangers de la santé tuent le peuple Congolais.
Je plaiderai pour la déchéance de la nationalité Congolaise a tous ces étrangers qui inondent le Congo et leur expulsion.Ceux qui justifieront l'importance de leur presence au Congo auront les visas de séjour ou les cartes de residents.Je plaiderai pour que tous ceux qui inondent le Congo des étrangers soient poursuivis et punis.C'est quoi cette pagaille.

4.Posté par Meking le 21/09/2016 17:54
Plus de la moitié des agents de l'etat au congo ont des faux diplomes(des hauts fonctionnaires,des medecins aujourd'hui responsabilisés) j'en connais beaucoup qui n'ont pas fait une seule minute à l'INSSA mais qui sont medecins au congo ici et qui sont au cabinet

5.Posté par le fils du pays le 23/09/2016 19:21
Mr Meking,dans mon post j'ai bien dit comme que les faux diplômes nationaux et étrangers tuaient les Congolais dans les centre de santé.Voila pourquoi il faut aseptiser tout car le système de Mr Sassou et ses amis navigue dans le faux et a cree les faux au Congo.Au Congo tout est a revoir, tout est a scruter.
Denicher les faux diplômes dans toutes les structures et virer tous les insurpateurs.

6.Posté par Zotche BABA le 24/09/2016 16:24
Après sa conquête à la recherche de nouvelles puissances divines à satisfaire ses clients dans le domaine de la spiritualité, il fait surface encore de nouveau !!!En pratique depuis plus de 20ans à satisfaire ses clients dans le domaine de la spiritualité : Maître marabout féticheur surnommé BABA ZOTCHEKPONOTE qui signifie MA FLAMME EST ENCORE DEBOUT, mon étoile ne cessera jamais de briller du bénin, vient de se mettre à votre disposition depuis l’Afrique pour tout vos problèmes de spiritualité quelque soit votre pays.Vous qui aviez les larmes aux yeux, les déceptions d’amour, vous cherchez à avoir un enfant dans votre vie, les problèmes de foyer, de femme ou de mari, vous voulez être aimé par une personne, vous êtes vendeuse, chauffeur, électricien, fonctionnaire, commerçant, quelque que soit votre boulot, il y a de bon produit, le parfum ou le savon que vous allez vous laver avec et passer pour avoir une évolution parfaite et meilleur dans votre travail exercé. Des produits et rituels pour le retour d’affection pour faire revenir votre mari ou femme, calmé les tentions de foyer ou de couple, avoir une bonne harmonie dans votre famille, être aimé par son entourage, des amulettes que vous allez porter pour avoir un bon mari sérieux ou une bonne femme sérieuse dans votre vie. Vous voulez trouver le vrai amour, votre âme sœur,…Vous avez besoin de bonne place dans votre travail, vous voulez chasser des esprits mauvais qui vous dérange et vous empêchent d’évoluer dans votre vie .Vous êtes en chômage et en cherche un travail…Il existe aussi la valise mystique qui multiplie l’argent dans la chambre ou vous voulez le Bic magique pour apprenant pour aller aux concours et examens pour une réussite meilleur, ou autres…N’hésitez pas!! Tenter votre chance, essayez voire.Pour les intéressés,voici ci-dessous ces adresses pour le joindre.
contact téléphonique:(00229)66-75-21-17
adresse électronique: babazotchekponote@gmail.com

Nouveau commentaire :

International | Politique | Economie | Culture | Ecologie | Sports | Science et Technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle


Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces