Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Congo : le PACIGOF/bois entre dans sa phase d’activités

Le Projet d’appui au climat des investissements et à la gouvernance sectorielle forêt/ bois (PCIGOF/bois) est entré dans sa phase d’exécution réelle le 20 février 2017. Il a été lancé par la ministre des Petites, Moyennes Entreprises et de l’Artisanat, Yvonne Adélaïde Mougani ; en présence de sa collègue de l’Economie forestière, du Développement durable et de l’Environnement, Rosalie Matondo ; et du représentant de la Banque africaine de développement (BAD), Pierre Toko.



D’un coût global de 24.943 milliards de francs CFA, le PACIGOF/bois est cofinancé équitablement par le Congo et la BAD. Son objectif est de contribuer à une croissance forte et inclusive, notamment à travers l’amélioration du climat des investissements et la diversification de l’économie congolaise.

Ce projet a une durée de cinq ans et s’articule autour de trois composantes : appui aux petites et moyennes entreprises et à la promotion de l’investissement ; gouvernance du secteur forêt/bois ; gestion du projet.

La ministre Yvonne Adélaïde Mougani a indiqué que «dans ce projet, l’amélioration de la gouvernance, dans son sens plus large, tient une place de choix. Il s’agit de l’accélération de la démarche de reconquête ; du rang et du rôle de l’économie forestière dans la dynamique de la croissance économique nationale dans la contribution et la composition de notre PIB».

Elle a précisé que l’accent mis sur le soutien à la production, au marché, à l’économie forestière, vise à répondre à cette exigence d’industrialisation jusqu’au deuxième degré de transformation du produit forestier avec en cours, la mise en place des infrastructures appropriées et la formation du personnel.

Dans ce projet, le ministère de l’Economie forestière, du Développement durable et de l’Environnement devra intervenir au niveau de la deuxième composante, qui porte sur l’appui à la gouvernance du secteur forêt-bois. Ici, les activités à mener auront un coût global de 11 milliards  de francs CFA. Ces activités seront liées à l’amélioration de la contribution du secteur forestier à l’économie nationale ; au renforcement du système de certification forestière ; à l’information et au développement des liens avec l’entrepreneuriat.

«Nous avons l’espoir que d’autres initiatives viendront en complément du PACIGOF/bois pour permettre à notre pays, notamment au secteur forêt-bois, d’accroître sa participation au produit intérieur brut et de contribuer de manière significative à l’amélioration de la qualité de vie des populations», a indiqué Rosalie Matondo.

Le représentant de la BAD a fait savoir que ce projet était une confirmation de la volonté de cette banque de conforter le programme de diversification de l’économie initié par le gouvernement congolais.

Il a renouvelé l’intérêt de la BAD d’être aux côtés des autorités congolaises dans un contexte national et régional très difficile, et d’apporter son soutien au programme de diversification qui n’est que la première étape de la coopération entre les deux parties.

Une fois achevé, le PACIGOF/bois devrait avoir pour résultats : un cadre stratégique national pour les PME rénové ; un cadre juridique et réglementaire applicable aux PME sensiblement amélioré  ; des structures d’appui au secteur privé renforcées, notamment grâce au guichet unique et à une Chambre de commerce opérationnelle ; une base de production à la diversification croissante, grâce à la mise en place d’incubateurs et de pépinières et au développement de l’entrepreneuriat féminin ;  un sous-secteur «forestier/du bois» réorganisé : le ministère de l’Économie forestière et du Développement durable réadapté ; une base de production du secteur revitalisée, grâce à la hausse des investissements.

 L’Accord de prêt de ce projet a été conclu le 23 décembre 2015 entre le Congo et la BAD. Il stipule, entre autres, que « les Parties au présent Accord conviennent que toutes les dispositions des conditions générales applicables aux Accords de prêt et aux Accords de garantie (Entités souveraines) élaborées par la Banque et portant la date du 30 avril 2008, telles que périodiquement amendées (ci-après dénommées les «Conditions Générales»), ont la même portée et produiront les mêmes effets que si elles étaient intégralement insérées dans le présent Accord».

Gos-Gaspard Lenckonov



Nouveau commentaire :

International | Politique | Économie | Culture | Écologie | Sports | Science et technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle


Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces