Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Congo : la situation économique recommande des réformes appropriées

Lors de la revue du portefeuille du groupe de la Banque mondiale, tenue du 21 au 22 février 2017, à Brazzaville, il a été indiqué que les indicateurs macroéconomiques du Congo étaient défavorables. Cette revue a permis de discuter du contexte économique et financier du pays afin d’en tirer les conséquences pour le portefeuille actuel. A cet effet, la nécessite de mettre en place des réformes adéquates pour sortir le pays de la crise a été soulignée.



Vue des participants à la revue
Vue des participants à la revue
La revue qui s’est tenue dans un contexte socio-économique particulièrement difficile marqué par la chute des cours des produits pétroliers et miniers, avait pour thème principal : "Redynamisation du partenariat entre le gouvernement du Congo et la Banque mondiale".

Elle visait spécifiquement à identifier les problèmes et convenir des solutions techniques et administratives appropriées, tout en assurant une meilleure gestion des risques ; analyser les risques pour les projets, notamment ceux liés aux retards de décaissement par l’Etat de ses fonds de contrepartie, et convenir des moyens pour y faire face ; faire une analyse approfondie des projets du gouvernement par rapport à leur impact sur les vies des populations et proposer des recommandations au gouvernement afin d’améliorer les impacts.
 
La revue visait également à utiliser de nouveaux instruments tels que le financement additionnel, la restructuration des projets, et la possibilité de financement d’un même projet par plusieurs bailleurs pour la contrepartie du gouvernement aux projets ; de diversifier le système de partenariat et promouvoir des instruments financiers adaptés aux objectifs de développement et au contexte économique et financier du Congo ; impliquer les ministères sectoriels et les directeurs généraux dans la nouvelle stratégie de communication axée sur des résultats ; discuter le nouveau rapport du Diagnostic Systématique Pays (SCD) et des opportunités créées par l’éventuel réengagement avec le FMI.
 
La Banque mondiale a estimé qu’au regard des faibles résultats observés durant les deux dernières années, il était impératif de changer de direction et surtout d’insister sur les priorités clé du gouvernement, telles que la diversification économique, les réformes et les questions de gouvernance, et la gestion des secteurs sociaux (éducation, santé, filets sociaux, etc.).
 
Selon le coordonnateur des programmes à la Banque mondiale, Emmanuel Pinto Moreira, les indicateurs macroéconomiques du Congo ne sont pas favorables, à l’instar des autres pays subsahariens. «Il faut un ajustement fiscal. Il faut s’attaquer aux dépenses hors budget ; mobiliser des ressources domestiques ; encourager le financement d’un développement de l’agriculture et des TIC ; favoriser un appui aux secteurs sociaux pour préserver et renforcer les acquis», a-t-il proposé.
 
Le directeur des opérateurs de la Banque mondiale, Ahmadou Moustapha Ndiaye, a rappelé que les différentes revues du portefeuille tenues avaient montré que la voie à suivre jusqu’en 2017 nécessitait davantage d’efforts pour améliorer la mise en œuvre des activités programmées dans le cadre de Partenariat Pays (CPP 2012-2017).
 
Quatre revues de portefeuille ont eu lieu après l’élaboration du Cadre de Partenariat Pays (CPP) en 2012. Les revues de 2013 et 2014 se sont penchées sur les problèmes circonstanciels des projets pour une meilleure mise en œuvre de leurs activités. Celles de 2015 et 2016 se sont focalisées sur les résultats obtenus par les projets et leur contribution au développement en République du Congo, afin d’en dégager de nouvelles perspectives de progrès.
 
La Banque mondiale a constaté que les progrès en matière de santé et d’éducation sont en train d’être érodés par la situation financière difficile que connait le pays ; le non décaissement des fonds de contrepartie aux projets ; les faibles taux d’exécution budgétaire.
 
La ministre du Plan, de la Statistique et de l’Intégration régionale, Ingrid Olga Ghislaine Ebouka-Babackas, qui a ouvert cette revue, a partagé cette analyse partagée. Elle a dit que le gouvernement congolais et la Banque mondiale étaient conscients de la conjoncture économique actuelle ainsi que de l’amenuisement généralisé des financements. «Pour franchir cet obstacle, la réponse doit venir de notre partenariat, à travers la mise en œuvre de politiques sectorielles pertinentes, plus efficaces et performantes» ; a-t-elle lancé.

Gos-Gaspard Lenckonov



Nouveau commentaire :

International | Politique | Economie | Culture | Ecologie | Sports | Science et Technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle


Portail242.info en direct

Le DEBAT sur l'ACTUALITE
Les PtitZ' Annonces