Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Congo : la peine de 30 ans de travaux forcés infligée à Modeste Boukadia confirmée

La Cour d'appel de Pointe-Noire vient de confirmer la peine de 30 ans de travaux forcés infligée au président du Cercle des démocrates et républicains du Congo (CDRC), Modeste Boukadia. Ce dernier a été jugé et condamné par contumace en 2014 à 30 ans de travaux forcés pour «atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat» par la chambre criminelle de Pointe-Noire.



Modeste Boukadia est écroué depuis janvier 2016 pour avoir organisé des manifestations qui, selon la justice, portaient atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat. On peut citer, entre autres, les préparatifs d’un «référendum d’autodétermination de l’Etat du Sud-Congo».
 
L’illusion s’ancrant dans l’inconscient de l’opposant Modeste Boukadia, il envisageait, avec quelques complices, de créer ce qu’ils appellent «l’Etat du Sud-Congo».
 
L’image que les initiateurs de cette idée se font du Congo ressemble à un bâton droit plongé dans l’eau, mais dont le reflet à la surface de l’eau donne l’impression que ce bâton est tordu. Une belle manière de tenir endormis les populations des départements concernés, notamment le Pool, le Niari, la Bouenza, la Lékoumou et le Kouilou.
 
En 2014, dans un élan motivé non par une idéologie politique mais par le tribalisme, Modeste Boukadia et Poaty Pangou ont signé une déclaration demandant à l’ONU de reconnaitre l’existence de la «République Sud-Congo».
 
Ces deux défenseurs du tribalisme considèrent que la partition du Congo est la solution idoine permettant aux populations de la partie sud du pays d’être gouvernées par les présidents natifs de leurs départements. Modeste Boukadia fait croire que la matérialisation de cette idée conduira inévitablement au développement du Sud-Congo.
 
Ce qui est une violation de la Constitution congolaise qui stipule que «la République du Congo est indivisible, laïque, démocratique et sociale» (art.1er).
 
Pour Me Magloire Senga, avocat de M. Boukadia, la confirmation la peine de 30 ans de travaux forcés infligée à Modeste Boukadia «c’est du n’importe quoi, parce que cette décision ne reflète pas les débats». Il s’est dit «bien déçu»  au terme d'une audience publique.

Gall Mombeti



Nouveau commentaire :

Top News | Sur le net | Sur les réseaux sociaux | Dépêches | Sur la blogosphère | Dans la Presse | Dans les kiosques | Tribunes et analyses | À l' International | Intox ou Vérité | Clips & Spots | Arrêt sur image | Tribune Libre | Message Usager




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle


Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces