Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Congo : la fidélité a payé chez Isidore Mvouba

L’ancien ministre, Isidore Mvouba, a été élu le 19 août dernier à Brazzaville, président de l’Assemblée nationale. De nombreux observateurs de la vie politique congolaise s’accordent à dire qu’il doit ce poste à sa fidélité au Chef de l’Etat, Denis Sassou N’Guesso.



Le député de Kindamba, dans le département du Pool, a été élu avec d’autres membres du bureau de la chambre basse du Parlement congolais, lors d’un vote à bulletin secret avec 144 voix sur un corps électoral de 151 votants. C’était au cours de la session inaugurale présidée par un bureau d’âge dirigée le député de  Sibiti I, département de la Lékoumou, Clément Mouamba.
 
L’ancien ministre des Sports, Léon Alfred Opimbat, député de Mbomo (département de la Cuvette-Ouest), a été élu au poste de premier vice-président de l’Assemblée nationale ; tandis que la deuxième vice-présidence a été confiée à l’ancien député-maire de Pointe-Noire Roland Bouity Viaudo.
 
Le député de la troisième circonscription de Talangaï, Pierre Obambi ; le député de la deuxième circonscription de Sibiti II, Joseph Kignoumbi Kia-Mboungou ; occupent respectivement les postes de  premier secrétaire et deuxième secrétaire. La députée d’Impfondo II, Virginie Euphrasie Dolama, a été élue au poste de premier questeur. Elle est secondée par l’ancien ministre de la Culture et des arts, Léonidas Carrel Mottom Mamoni, député de Ouesso II, dans la Sangha.
 

Isidore Mvouba, un fidèle parmi les fidèles de Sassou N’Guesso
 

 Ingénieur des chemins de fer, formé dans les années 70 en ex-URSS, Isidore Mvouba a occupé plusieurs postes ministériels de façon ininterrompue entre 1997 et 2016, dont celui de Premier ministre entre 2005 et 2009.
 
Tout est parti de 1992. En effet, battu au premier tour de la présidentielle d’octobre 1992, Denis Sassou Nguesso soutient Pascal Lissouba au deuxième. Pascal Lissouba gagne largement cette élection devant Bernard Kolélas avec un peu plus de 60% des voix, grâce aux accords signés entre le PCT et l’UPADS.
 
Constatant par la suite que l’UPADS n’a pas respecté ces accords dans la formation du gouvernement, Denis Sassou Nguesso ordonne aux trois membres du PCT nommées ministres, notamment Grégoire Léfouoba, Henri Okemba et Isidore Mvouba, de ne pas intégrer ce gouvernement.

Grégoire Léfouoba et Henri Okemba désavouent Denis Sassou Nguesso, seul Isidore Mvouba suit ses recommandations de Denis Sassou N’Guesso et refuse d’entrer au gouvernement. Depuis, Isidore Mvouba est resté  fidèle au Président Sassou N’Guesso.
 
Ceux qui pensaient que Sassou N’Guesso avait débarqué Isidore Mvouba de son avion et l’avait remercié en monnaie de singe, pour l’avoir enlevé du Gouvernement, s’étaient bien trompés. Isidore Mvouba, peut-on se le dire, avait raison d’être confiant de amitié avec le Président Sassou Nguesso. Ceux qui poussaient Isidore Mvouba à prendre le chemin de l’opposition, comme l’ont fait certains pours avoir été enlevés du gouvernement, ont eu tort. 
 
 Le calme observé par Isidore Mvouba ainsi que sa fidélité à Denis Sassou N’Guesso ont peuvent, à vrai dire, considérés comme des éléments suffisants ayant motivé le Chef de l’Etat accepter on élection à la tête de l’Assemblée nationale.

Gall Mombéti


International | Politique | Économie | Culture | Écologie | Sports | Science et technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle


Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces