Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Congo : deux présumés trafiquants d’ivoire arrêtés à Brazzaville

Deux présumés trafiquants d’ivoire, tous de nationalité congolaise, ont été arrêtés en flagrant délit de détention et commercialisation illégale des pointes d’ivoire pesant au total 30kg, soit plus de six éléphants abattus.



Ils étaient arrêtés dans le deuxième arrondissement de Brazzaville (Bacongo) par des éléments de la gendarmerie nationale, avec le concours de la direction départementale du ministère de l’Economie forestière. L’opération a été menée grâce à l'appui du Projet d’Appui à l’Application de la Loi sur la Faune Sauvage (PALF).

Ces ivoires proviendraient du Département de la Cuvette, précisément des localités frontalières avec la République Démocratique du Congo (RDC). Les deux prévenus dont un pasteur, vivent exclusivement du trafic d'ivoire. Leurs sources d’approvisionnements seraient la RDC.

Ils font la traversée du fleuve Congo et de la rivière Alima par du petit bateau appelé Canot-rapide. Une fois traversés par l’Alima, ils prennent des véhicules sur la route nationale n°2 pour le transport de leur produit jusqu’à Brazzaville.

Il sied de signaler qu’au cours de ces dernières années, le trafic des espèces fauniques au monde est devenu plus organisé, plus lucratif, plus mondialement répandu et plus dangereux que jamais avant.

Un rapport publié par Wildlife conservation society (WCS) indique que les éléphants des forêts d’Afrique ont décliné de 62% en dix ans. Le rapport ajoute que chaque 15 minutes, en moyenne, un éléphant est illégalement abattu sur le continent africain pour nourrir une demande insatiable en ivoire. Le commerce illégal des produits de la faune conduit à l’extinction des espèces fauniques à travers le monde.

Le trafic faunique ayant des sérieuses implications pour la sécurité et la prospérité des populations à travers le monde, les deux prévenus doivent répondre de leurs actes devant la justice congolaise. Ils encourent des peines allant jusqu’à cinq ans d’emprisonnement ferme.

En République du Congo, l’éléphant fait partie des espèces animales intégralement protégées, conformément à l’arrêté n°6075/MDDEFE/CAB du 9 avril 2011 déterminant les espèces animales intégralement et partiellement protégées.

En outre, l’article 27 de la loi 37/2008, du 28 novembre 2008 sur la faune et les aires protégées stipule : «L’importation ; l’exportation ; la détention et le transit sur le territoire national des espèces intégralement protégées ; ainsi que de leurs trophées  sont strictement interdits ; sauf dérogation spéciale de l’administration  des eaux et forêts ; pour les besoins de la recherche scientifique».

L’arrestation des deux prévenus traduit, une fois de plus, l’engagement du Congo à protéger ses ressources naturelles. 

Gall Mombeti



Nouveau commentaire :

International | Politique | Économie | Culture | Écologie | Sports | Science et technologie | Santé



Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso




Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle


Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces