Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Congo : des présumés trafiquants de faune sauvage en justice

Des audiences portant sur des affaires de criminalité contre la faune sauvage, précisément sur les éléphants, panthères, grands-singes, perroquets gris du gabons, pangolins, etc., sont prévues dans la semaine du 1er au 7 octobre 2017 dans les tribunaux de grande instance des villes de Brazzaville, Dolisie et Impfondo.



A Brazzaville, il s’agit de l’affaire Bodzenga Nicaise et Bodzenga Rock, arrêtés le 13 mars 2017. Ils ont été interpelés en flagrant délit de détention et de tentative de commercialisation illégale de six (6) pointes d’ivoire d’éléphants pesant au total 30 kg, dont la provenance était le département de la Cuvette dans les localités frontalière avec la République Démocratique du Congo (RDC).

Ces deux prévenus dont un pasteur, vivent exclusivement de ce trafic d'ivoire. L’audience a été programmée pour le 2 octobre 2017 au tribunal de grande instance de Brazzaville.

Une autre audience est attendue ce 5 octobre 2017, notamment celle portant sur l’affaire des trois présumés trafiquants des peaux de panthère arrêtés en flagrant délit le 29 juin 2017 à Impfondo dans le département de la Likouala. Ces individus âgés d’une trentaine d’année sont poursuivis pour détention et tentative de commercialisation illégale et complicité  des trophées d’espèces animales protégées.

Dans le but de mettre un frein à l’abattage et au commerce illicite des espèces protégées par la loi portant régime sur la faune sauvage de la République du Congo, une étroite collaboration entre les Directions Départementales des Eaux-et-Forêts, les forces de l’ordre et le Projet PALF (Projet  d’Appui à l’Application de la Loi sur la Faune Sauvage) est à pied d’œuvre.

Les cas récents sont ceux des quatre présumés trafiquants de deux peaux de panthère et de deux présumés trafiquants d’ivoire arrêtés respectivement le 22 septembre et le 29 août 2017 à Dolisie dans le Département du Niari.  Les uns sont poursuivis pour l’abattage d’une espèce intégralement protégée (Panthère), la détention illégale de ses trophées, la circulation et la tentative de commercialisation de deux peaux de panthère.

Les deux autres, pour détention, transit et tentative de commercialisation de  huit pointes d’ivoires d’éléphants, représentant environ cinq (5) éléphants tués. Ces prévenus vont répondre de leurs actes devant la Justice au cours d’une audience prévue le 06 octobre prochain au Tribunal de Grande Instance de Dolisie.

De nationalité congolaise, ils ont tous reconnu les faits qui leurs sont reprochés. Ces espèces animales citées ci-dessus sont menacées de disparition et protégées par la loi de la République du Congo. L’article 113 de cette loi stipule :

«Quiconque aura abattu, importé, exporté ou fait transiter sur le territoire national, les espèces protégées et/ou leurs trophées, est passible d’une peine pouvant atteindre cinq (5) ans d’emprisonnement ferme ainsi qu’une amende allant jusqu’à 5 millions de FCFA ».

Gall Mombéti


International | Politique | Économie | Culture | Écologie | Sports | Science et technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle


Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces