Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Congo : Denis Sassou-N'Guesso regagne Brazzaville après un rendez-vous non abouti avec Donald Trump

Le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou-N'Guesso a regagné son pays ce vendredi 30 décembre 2016 après un séjour aux Etats unis d’Amérique, où il devait avoir un tête-à-tête avec le nouveau président élu, Donald Trump. Une rencontre qui ("officiellement" !) n’a dit-on pu avoir lieu... Que s’est-il donc passé ?



Denis Sassou-N'Guesso à son retour de Miami
Denis Sassou-N'Guesso à son retour de Miami
Tout commence le lundi 26 décembre dernier. Le numéro UN congolais décolle de Maya Maya à la tête d’une délégation très restreinte, destination Miami. La raison officielle de ce voyage quasi brusque, auquel prend part le ministre des affaires étrangères, est très vite fournie par un communiqué officiel de la Présidence de la République.
 
« Le président Denis SASSOU-N'GUESSO est attendu ce 27 décembre 2016 aux Etats-Unis d’Amérique où il sera reçu, en sa qualité de Président du Comité de Haut niveau de l’Union Africaine sur la Libye, par le Président élu des Etats-Unis, Monsieur Donald TRUMP. »
 
L’information est immédiatement relayée dans les médias par le Ministre de la communication en personne, dans une interview détaillée qu’il accorde à Radio France Internationale (RFI). Aussitôt, la presse du monde entier s’enflamme, et véhicule en boucle que « Denis Sassou-N'Guesso sera le premier chef d’Etat africain à être reçu par le tout-puissant nouveau président américain ».
 
Une idée qui ne plait guère à « l’establishment » politico-médiatique occidental.
Encore moins aux détracteurs du président congolais, localement comme dans la diaspora qui, de fait, se sont sentis très frustrés par une telle rencontre au sommet, qui ferait bondir l’aura politique de Denis Sassou-N'Guesso, l’adversaire politique, devenu pour beaucoup un « ennemi » viscéral.
 
Et voilà que, ce 30 décembre 2016, tôt le matin à 7h10, le Boeing présidentiel de Denis Sassou-N'Guesso se pose à Brazzaville, de retour de Miami. Sans que ("officiellement" !) l’Homme fort du Congo n’ait eu d’entretien avec son « hôte » américain.
 
L’Homme est cependant sorti de son avion, avec dignité, et a salué chaleureusement comme à l’accoutumée, la délégation des corps constitués venue lui rendre les honneurs sur le tarmac du pavillon présidentiel de Maya Maya, avant de regagner sous escorte, son Palais.

Que s’est-il donc passé à Palm Beach, en Floride ? Comment expliquer ce qui est arrivé à la délégation congolaise ?... Qu’est ce qui n’a pas fonctionné ?

Ceux qui le connaissent bien, affirment que, Denis Sassou-N'Guesso, un homme d’état particulièrement aguerri, méticuleux et prudent, n’aurait jamais quitté son palais pour une destination aussi lointaine, s’il n’avait pas reçu des assurances certaines sur le sérieux, les enjeux, et le but de son déplacement.
 
Des personnes proches du dossier expliquent que, la rencontre entre les deux hommes d’état était parfaitement ficelée. Sauf qu’il s’agissait d’une rencontre « officieuse ».

Le nouvel élu à la Maison blanche ayant émis le souhait de discuter, avant son entrée en fonction le 20 janvier prochain, avec le chef de l’état congolais, doyen des présidents africains, possédant une connaissance reconnue des dossiers relatifs au continent et notamment, à la question libyenne.
 
Les entretiens étaient prévus à huis clos, dans un cadre quasi confidentiel.
 
Lorsque la machine médiatique congolaise, occidentale et ouest-africaine s’emballe sur la base du communiqué de la Présidence de la République du Congo et de l’intervention du ministre de la Communication sur RFI, les médias anglo-saxons se tournent alors vers Hope Hicks, une des porte-paroles de Donald Trump, à New York.
 
Celle-ci, qui n’a de toute évidence pas été mise dans la confidence de cette rencontre prévue à la résidence de Mar-a-Lago à Palm Beach, en Floride, où le futur locataire de la Maison Blanche passe les fêtes en privé, répond tout naturellement (et très professionnellement ! ) « U.S. President-elect Donald Trump has no meeting planned with Republic of Congo President Denis Sassou ». Et d’ajouter « there had never been a meeting scheduled and would not be one before Trump takes office on Jan. 20 ».
 
Cette affirmation, naïve et innocente de Hope Hicks met alors le feu aux poudres, et provoque un volte-face médiatique des grands journaux internationaux. Ce qui explose littéralement les réseaux sociaux détracteurs, tout en laissant sans voix, les communicants officiels et les diplomates congolais, qui n’avaient pas prévu un tel scénario.
 
Sur place à Miami, le ministre congolais des affaires étrangères, Jean-Claude Gakosso, harcelé par la presse, tente de tempérer « la patience est notre règle, le temps de la diplomatie n'étant pas celui des médias ». Au finish, la délégation congolaise attendra, en vain, un signal de Donald Trump, qui, on peut l’imaginer a du se rétracter, suite à des pressions (sans doute) multiformes.
 
Ce matin 30 décembre en tout cas, le chef de l’état a retrouvé sa nation, où un calendrier politico-économico-social chargé, l’attendait en cette fin d’année.

Et le travail reprend son cours !

Jean Claude Nkou (CongoSite)



Commentaires articles

1.Posté par le fils du pays le 02/01/2017 14:07
La Mediocrite,le clanisme et l'ethnitisme installes au Congo par Mr Sassou et ses amis du Pct comme parmi les critères de selection pour un poste ont atteint leur summum.E bonga e bonga te, toujours meilleur.
Comment Mr Sassou et ses amis peuvent penser être reçus par un President qu'élu mais pas encore en fonction.C'est l'amateurisme et la médiocrité,deux marques de fabrique de Mr Sassou,son clan et ses amis.

2.Posté par Pambou le 02/01/2017 16:49
Nguesso-Trump : rendez-vous manqué, il ne faut pas accabler Sassou mais la diplomatie congolaise

Le Président Sassou est l’objet de la risée de la plupart de ses compatriotes, surtout ceux qui se trouvent dans l’opposition, alors que ceux qui appartiennent à la majorité présidentielle rient sous cape et n’osent rien dire. Dans un papier publié par le site bibliobs.nouvelobs.com Alain Mabanckou (écrivain congolais, Prix Renaudot 2006 et actuel occupant de la chaire annuelle de création artistique au Collège de France) dit que #Trump a roulé Sassou dans la farine de manioc. Le voyage de Sassou aux Etats Unis a fait naître des passions et on a vu dans ce voyage un espace d’aubaine diplomatique qui aurait permis à Sassou de ne pas dire les problèmes économiques et politiques dans son pays

..... la suite sur ......

http://fr.blastingnews.com/international/2017/01/nguesso-trump-rendez-vous-manque-ne-pas-accabler-sassou-mais-la-diplomatie-congolaise-001364671.html

3.Posté par Kokoriko le 02/01/2017 21:14
Sassou est simplement illegitime et de ce point de vue ne peut pas représenté valablement son pays, moins encore pour parler des questions économiques et politiques,car il se trouve être celui la même qui a ruiné l'économie de son pays, il a tripatrouille la constitution et volé la victoire de son peuple qui ne le considère pas comme un President légitime.
Il faut honte aux congolais, voilà celui qu'on appelé chef de l'état qui se déteint la pain comme un vulgaire voyou, sans identité, à la recherche de la beauté rouge or jaune banane. Quelle honte

4.Posté par VisiOnnaire le 02/01/2017 22:24
«Officiellement» on a écrit partout que Donald TRUMP a Zappé le président congolais à Miami...
Qu’est ce qu'On en sait réellement ? La politique c'est un mOnde des sorciers... les prochains jours On pourrait APPRENDRE des chOses bien surprenantes, chers CompatriOtes !

5.Posté par Kokoriko le 03/01/2017 21:29
Sassou est simplement illegitime et de ce point de vue ne peut pas représenté valablement son pays, moins encore pour parler des questions économiques et politiques,car il se trouve être celui la même qui a ruiné l'économie de son pays, il a tripatrouille la constitution et volé la victoire de son peuple qui ne le considère pas du tout comme un President légitime malgré sa marche forcée. Les congolais lui régleront son compte le moment venu
Il faut honte aux congolais, voilà celui qu'on appelé chef de l'état qui se déteint la peau comme un vulgaire voyou, sans identité, à la recherche de la beauté rouge or jaune banane. Quelle honte

6.Posté par hounon le 09/05/2017 17:45
Porte Feuille Magique puissant conçu pour réglé en générale vous problèmes financiere en attirant plus d'a son sein, il agit comme un système :magnétique et attire toute source financiers autour de lui: au marché, au service, dans la rue etc..
Il est suivi de 7 cartes talisman appelé '' money Auto booster''
l'Heure est arrivée pour que vous réaliser enfin vos plus grands souhaits financiers et comerciaux grâce à notre portefeuille que l'ont n'appelle souvent Poche à ravitaillement. Ce porte feuille vous sert aussi de Bouclier protecteur contre tout mauvais sort qui vous saurait lancer pour vous détruire financière et arrèter votre commerce.
Très éfficace contre la perte d'argent et le Talisman qu'il contient vous apportera abondance et propérité jusqu'a ce que vous quittera la terre. Il remplacera votre porte monnaie actuel, il est livré avec un mode d'emploi pour activer les cartes talisman pour vous dynamiser sur le plan financier, commerce, jeux de hasard etc... Une fois que se portefeuille sera en votre pocession elle sera capable des multiplier la somme qui sera dedans fois(x)100 Mon Tel et whatsapp : 00229 67 88 27 01 // maraboutpuissant2014@outlook.fr

Nouveau commentaire :

Top News | Sur le net | Sur les réseaux sociaux | Dépêches | Sur la blogosphère | Dans la Presse | Dans les kiosques | Tribunes et analyses | À l' International | Intox ou Vérité | Clips & Spots | Arrêt sur image | Tribune Libre | Message Usager



Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso




Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle


Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces