Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Chine-Afrique : La Chine présente dix axes majeurs de coopération avec l’Afrique

Le 6è forum de coopération Afrique-Chine (FOCAC) se tient à Johannesburg, en Afrique du Sud du 4 au 5 décembre 2015. La Chine qui appelle à une version actualisée de la coopération sino-africaine présentera dix axes prioritaires, l’Afrique qui tire profit de ce partenariat gagnant-gagnant s’offrira une autre opportunité pour son développement.



La Chine veut imprimer une nouvelle version de coopération avec le continent noir, celle qui soit plus élargie et plus avantageuse pour les deux parties. Pour ce faire, elle va à Johannesburg avec quatre principes généraux en tête : traiter l'un et l'autre avec sincérité et d'égal à égal ; consolider la solidarité et la confiance mutuelles ; oeuvrer conjointement pour le développement inclusif ; promouvoir l'innovation de la coopération pratique. De ces principes découlent dix nouveaux axes majeurs sur lesquels la Chine entend s’investir. 

Premièrement, la Chine veut d’une coopération plus complète avec l’Afrique. Peu importe les changements qui peuvent intervenir dans le paysage international, elle continuera à soutenir et à promouvoir les efforts du continent noir pour parvenir à la paix, la stabilité, la prospérité et le développement, la force par l’unité et la participation aux affaires internationales sur un pied d’égalité. La Chine attache une grande importance au développement des relations amicales avec tous les pays africains. Elle les traite de manière égale et met activement en œuvre une coopération pragmatique mutuellement bénéfique et gagnant-gagnant. 

En deuxième position vient «l’esprit pionnier». Les relations entre la Chine et l’Afrique sont caractérisées par la sincérité, l’amitié, le respect mutuel, l’égalité, le bénéfice mutuel et le développement commun. La Chine pense que pour maintenir un développement vigoureux de leurs relations, les deux parties doivent être en phase avec leur époque et aller de l’avant dans un esprit pionnier novateur. Depuis plus d’un demi-siècle, la Chine et l’Afrique ont toujours adopté une perspective à long terme pour trouver de nouveaux domaines de croissance commune. Cet «esprit pionnier» pour rechercher des solutions à différents types de problèmes est essentiel pour renforcer la coopération sino-africaine. 

Troisièmement, la Chine développe ses relations avec l’Afrique dans le cadre d’un principe de vérité, de praticité, d’amitié et de sincérité. Dans le nouvel environnement, les relations sino-africaines sont devenues plus importantes avec de plus grands intérêts communs. La Chine s’engage à intensifier (et non à affaiblir) ses efforts visant à élargir ses relations avec l’Afrique. Les Chinois continueront à traiter leurs amis africains avec vérité, à coopérer avec eux par des moyens pratiques, à renforcer les relations sino-africaines avec amitié et résoudre les problèmes avec sincérité.

Quatrièmement, «le rêve chinois et le rêve africain». L’amitié traditionnelle et les anciennes relations d’intérêts étroits ne sont pas les seules raisons qui lient la Chine et l’Afrique. Il en est de même pour «le rêve chinois et le rêve africain». Le peuple chinois travaille pour réaliser le rêve chinois du grand renouveau national, tandis que les peuples africains se sont engagés vers le rêve africain, celui de gagner en puissance par l’unité et parvenir au développement et au rajustement. La Chine souhaite que les peuples chinois et africains soient davantage unis, qu’ils coopèrent et se soutiennent mutuellement pour concrétiser leurs rêves. 

Le cinquième axe consiste à conjuguer le développement des relations sino-africaines au «présent progressif» et jamais au «passé composé». La Chine veut être un gardien indéfectible de la paix et de la stabilité de l’Afrique ; un promoteur sûr de la prospérité et du développement de l’Afrique ; un partisan inébranlable dans la poursuite par l’Afrique de la force de l’union ; un ardent défenseur de l’Afrique dans ses efforts visant à obtenir une participation égale dans les affaires internationales.  

Le sixième axe porte sur «les échanges de peuple à peuple», qui sont un pilier important pour les relations bilatérales. En effet, l’amitié sino-africaine est profondément enracinée dans leurs peuples. La Chine pense que seule la participation active du public peut permettre à l’amitié sino-africaine de maintenir sa vigueur et à la coopération bilatérale d’être consolidée. 

L’apport de la coopération sino-africaine dans le développement et le renouveau de l’Afrique constitue le septième axe prioritaire.  La Chine et l’Afrique constituent une grande famille, qui est passée par vents et marées ensemble. Au cours de leur lutte pour l’indépendance et leur libération, de leur voyage vers la paix et le développement, le peuple chinois et les peuples africains se sont toujours soutenus, forgeant ainsi une fraternité avec un destin commun. La Chine soutient fermement la poursuite de la force par l’union de l’Afrique et son processus d’intégration. La coopération sino-africaine doit injecter une énergie positive dans le développement et le renouveau de l’Afrique.  

La Chine défend une vision correcte de la morale et des intérêts dans sa coopération avec l’Afrique  l'Afrique et continuera à aider les pays africains. Tel est le huitième axe préconisé par ce grand pays. L’union et la coopération avec les pays africains sont l’une des pierres angulaires primaires de la politique étrangère de la Chine. La Chine n’entend pas changer sa position. Bien au contraire. Dans sa coopération avec l'Afrique, elle préconise une vision correcte de la morale et des intérêts. Elle garde à l’esprit le principe selon lequel «apprendre à pêcher à quelqu’un est mieux que lui donner du poisson».

 Le neuvième axe porte sur le soutien de la Chine à une plus grande représentation et une plus grande voix des pays africains dans le système de gouvernance internationale. Le pays de Xi Jinging continuera à se tenir aux côtés des pays en développement. Le vote de la Chine dans l’Organisation des Nations Unies appartiendra toujours aux pays en développement. 

L’unité et de la coopération avec les pays africains ont toujours été placées au centre de la politique étrangère de la Chine : c’est le dixième axe. Le FOCAC de Johannesburg constitue donc une occasion supplémentaire pour la Chine d’annoncer d’autres mesures en faveur de l’Afrique, qui en tirera profit.   

Valère Lékoumou (Cap2016.Club)



Commentaires articles
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

31.Posté par Rev Apôtre Joseph TOUBI le 08/05/2017 11:56
L’effondrement de la Chine.

Nous sommes en mai 2017 et depuis plusieurs décennies, d’improbables oracles philosophes, économistes, politiques rassemblés avec de prétendus « stratèges » au sein de la chorale néolibérale mondiale nous chantent sans cesse le même refrain: la Chine est la nouvelle puissance mondiale et est devenue le nouveau moteur de l’économie mondiale.
Examinons donc l’intérieur du moteur objet des louanges de la chorale néolibérale mondiale.
A peine avez-vous regardé à l’intérieur du prétendu « moteur » de l’économie mondiale que quatre inquiétantes avaries propres à ôter tout sommeil au comité central du parti communiste se révèlent au grand jour.
Avarie N°1 : Grave défaillance ontologique.
A la source de la naissance et de la prospérité véritable d’un peuple ou d’une nation se trouvent deux importants impératifs : la résolution de la question du bien et du mal d’une part et ensuite, la naissance de l’individu d’autre part.
Au contact des fondations nouvelles posées par l’Apôtre Paul, l’Occident rejeta catégoriquement la résolution de la question du bien et du mal, érigeant même ce rejet comme condition d’accès au « progrès » et signant ainsi sa mort inéluctable. Néanmoins, l’Occident découvrit et embrassa la naissance de l’individu, cœur du Christianisme prêché par l’Apôtre Paul; prenant ainsi provisoirement une avance décisive sur les autres peuples qui s’acharnaient à placer la communauté ou le parti ou quelque institution aux commandes du monde alors que seul l’individu agit pour le compte de DIEU, comme géniteur de l’histoire et de la communauté.
Qu’observons-nous en Chine ?
Tout comme l’Occident, la Chine n’a nullement abordé la résolution de la question du bien et du mal. En sus de cette tragique erreur déjà commise par l’Occident, la Chine s’est littéralement dressée contre la naissance de l’individu et contre le positionnement de l’individu aux commandes de l’histoire.
De façon ontologique, une telle civilisation a un destin précis : l’effondrement.
Seule issue pour ce pays : se découvrir un « nouveau DENG XIAOPING » qui comprendra qu’il faut résoudre la question du bien et du mal et mettre l’individu nouveau-né aux commandes de l’histoire et de la communauté.




Avarie N°2 : Révélation de la Chine actuelle en Afrique.
Actuellement (mai 2017), le monde entier sait que le comité central du parti communiste chinois a un grave problème structurel qui couve depuis plusieurs années : surcapacité de production industrielle.
Le démantèlement de nombreuses usines et centrales électriques est à l’ordre du jour en Chine et ce démantèlement coûte très cher à la Chine parce qu’il faut bien le financer ! Vous vous seriez attendu qu’au nom d’une prétendue « amitié » entre peuples, le comité central du parti communiste lance un vaste programme d’industrialisation des « peuples frères » d’Afrique contre extraction des matières premières africaines. Il n’en est absolument rien. La Chine d’aujourd’hui pratique à outrance le troc avec les pays africains. C’est l’extraction des minerais contre la construction (par les ingénieurs chinois bien sûr) de quelques routes et monuments assaisonnée de « land grabbing ». Il s’agit bien entendu de monuments maçonniques car le franc maçon tropical installé comme esclave à la base de la pyramide mondiale de Satan ne sait tout simplement pas bâtir les monuments maçonniques et en confie joyeusement les travaux aux fraters chinois. En politique, seuls les actes parlent et racontent clairement les intentions et natures profondes. Les sommets Chine-Afrique se multiplient avec des « plans » qui promettent d’inonder le continent africain sous des milliards de USD. En fait, les Chinois ont saisi la nature enfantine de nos prétendus chefs d’Etats pour qui l’histoire se résume à quelques promesses de milliards de USD et à quelques photos de famille assaisonnées d’annonces dans les médias du monde. Aucun sommet Chine-Afrique n’a publié un plan « usines contre minerais » listant les usines dont la Chine souhaite se débarrasser via délocalisation en Afrique, compte tenu de ses surcapacités, en échange de minerais extraits d’Afrique. A la décharge des chinois, il faut dire que face à des loufoques chefs d’Etat africains qui n’ont aucun esprit en eux-mêmes, n’ont aucune capacité de penser et de structurer l’histoire, vous n’avez qu’un seul choix : paternalisme bienveillant et impérialisme en douceur pour contenter l’ego de l’esclave tropical dont l’horizon de pensée se limite aux cortèges de motards et de sirènes hurlantes et aux motions de soutien de la tribu du village.
La stratégie de troc que la Chine met en œuvre en Afrique a déjà prouvé son caractère particulièrement dangereux et catastrophique mais comme nos initiés des ténèbres qui gouvernent nos pays africains sont de parfaits esclaves de leurs grands maîtres des loges maçonniques, ils sont dépourvus de toute capacité de recherche et de pensée. Pourtant il ne faut chercher bien longtemps pour comprendre le caractère particulièrement dangereux et inique du troc que pratique la Chine avec les pays « frères ». Nos chefs d’Etats insensés auraient simplement regardé du côté du Venezuela qu’ils auraient compris l’urgence de concevoir au niveau de l’Union Africaine un complet renouveau de la stratégie de coopération avec la Chine, en notifiant à la Chine l’option d’une fermeture des portes du continent noir en cas de rejet de ce nécessaire renouveau.
Que s’est-il passé au Venezuela ? Il s’est passé un événement qui représente une véritable honte pour la coopération Sud-Sud. Pendant les années de l’agitateur Hugo Chavez, tribun turbulent nourrit à la vulgate socialiste et dépourvu de toute stratégie, le Venezuela scella un pacte inique pétrole contre infrastructures avec la Chine. Que voit-on au premier choc pétrolier venu ? De longues files de Vénézuéliens qui attendent des heures devant des magasins pour avoir un peu de riz, de papier hygiénique ou de savon. Voilà le bilan de longues années de troc entre Hugo Chavez et Hu Jintao. Le troc avec la Chine n’a donc apporté aucune base de développement véritable au Venezuela et pourtant c’est exactement le même type de troc que nos loufoques dictateurs des tropiques ont scellé avec la Chine, en y ajoutant comme nouveauté aggravante, le land grabbing.
Le cas Vénézuélien est un avertissement à tous les peuples du tiers monde : la Chine actuelle n’est en rien un ressort de décollage économique pour d’autres peuples du tiers monde et toute coopération avec la Chine nécessite un accord préalable sur la stratégie.


Avarie N°3 : Nain monétaire.
Contrairement à ce que suggèrent les énormes réserves de change accumulées en USD, la Chine est un nain monétaire.
Ce pays n’a manifestement engagé aucune réflexion valable sur la nature de la monnaie ; ce qui n’est point surprenant car il s’agit d’une tare ontologique. Seul un peuple qui a découvert l’individu est capable de poser véritablement la problématique de la monnaie et de rechercher la véritable monnaie. La Chine s’est contentée de copier chez l’Occident et de développer la monnaie-crédit qui ne vient au monde que par la dette.
Résultat : le pays est littéralement étouffé de dettes et a déjà hypothéqué son avenir par la dette avant même d’avoir achevé son érection. La dette publique dépasse 200% du PIB tandis que la dette privée (près de 145 % du PIB) et la dette parapublique sont de si mauvaise qualité que l’effondrement du système bancaire chinois est garanti. Même le FMI d’ordinaire si prompt à entonner des louanges néolibérales se montre circonspect et susurre à voix basse que le taux de créances compromises du système bancaire chinois est bien au-dessus des chiffres déjà inquiétants que la Banque Centrale de Chine ose publier. Récemment, la Banque Centrale de Chine a même inventé un nouveau tour de magie que nous appellerons volontiers la magie rouge : les banques commerciales transforment leurs créances pourries en actions dans les entreprises débitrices et voilà la restructuration évitée !
En réalité, la Chine ne maîtrise point la monnaie et n’y a jamais réfléchit. Or nous le répétons, seul un peuple ayant découvert l’individu est capable de réfléchir à la monnaie.
La magie étant inopérante en économie, la Chine doit bien restituer la mauvaise monnaie qui a massivement financé son décollage économique et cette restitution ne peut se faire que par le budget de l’Etat Chinois. Or vous avez vu que la dette publique dépasse déjà 200% du PIB. Pour financer le stock himalayen de mauvais crédits bancaires (mauvaise monnaie) il ne reste donc plus que les réductions des dépenses publiques, les hausses d’impôts, les mises au chômage de pans entiers de la population…Oui vous avez reconnu cet ami qui s’appelle ajustement structurel et c’est ce qui attend la Chine. Paradoxalement, le comité central du parti communiste envisage même un taux de croissance « autour » de 6,5% pour 2017 en faisant fi de la mauvaise monnaie qu’il va bien falloir financer. Vous voilà stupéfaits mais c’est ainsi ; la mauvaise monnaie doit être financée par de sévères restructurations.
Vous pensez peut-être que les énormes réserves de change de la Chine pourraient aider. C’est ici que vous découvrez que les réserves de change ne servent qu’à une chose : acheter hors de votre pays ! Et c’est ainsi que la Chine achète massivement les obligations du Trésor Américain avec ses réserves de change. Elle ne peut pas financer ses énormes stocks de mauvais crédits bancaires à l’aide de ses réserves de change postées en USD dans des banques à New-York. Vous avez dit nain monétaire ?

Avarie N°4 : Ignorance de la science des systèmes.
Depuis Norbert WIENER, l’occident a maîtrisé la science des systèmes matériels avant de s’engouffrer ensuite dans un mortel égarement. Pour avoir rejeté les fondations Judéo Chrétiennes posées par l’Apôtre Paul, l’occident s’est adonné à une mortelle extrapolation : utiliser l’axiomatique des systèmes matériels pour prétendre bâtir des systèmes humains! Incapable de saisir les fondements parfaitement quantiques de l’histoire humaine qui défient complètement la logique du raisonnement naturel, l’occident qui a rejeté les fondations Judéo Chrétiennes de l’Apôtre Paul court irrésistiblement à son effondrement. L’on aurait pu penser que la Chine examinerait ce drame qui engloutit l’occident afin d’éviter de subir le même sort. Or un indice particulièrement inquiétant montre qu’en fait la Chine n’a même pas perçu l’utilité de la science des systèmes matériels et se trouve à des milliers d’années lumière de soupçonner l’existence d’une science des systèmes humains. Ceci est peu surprenant car pour découvrir la science des systèmes matériels (avant même de soupçonner l’existence de la science des systèmes humains), la Chine doit se débarrasser d’une autre tare ontologique : la recherche de l’harmonie. Revenons à l’indice inquiétant évoqué ci-dessus.
Considérons les BRICS ( Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud).
Depuis 2009 se succèdent les sommets des BRICS qui représentent tout de même un tiers du PIB mondial. On se serait attendu à ce que naturellement, les BRICS mettent en œuvre un système permettant de vite détrôner la suprématie du dollar américain sur l’économie mondiale. En réalité, la conception d’un tel système n’est pas bien difficile et son instauration permettrait aux cinq monnaies des cinq pays du BRICS de s’établir comme monnaies de réserve pour les échanges internationaux. Nombreux sont les pays de la planète qui, fatigués de courir après le dollar américain orienteraient en priorité leur commerce international vers les pays du BRICS et utiliseraient aisément les cinq monnaies des cinq pays du BRICS comme monnaies de réserves et d’échanges internationaux. Peu à peu, la plate forme monétaire mondiale du BRICS avec son offre de cinq monnaies de réserve supplanterait le dollar américain. Une telle plate forme, bien conçue, avec les cinq banques centrales des BRICS dans le rôle de pourvoyeurs de liquidités à la plate forme centrale, affranchirait la totalité de l’économie mondiale de la FED et des grandes banques commerciales, privées et systémiques de New-York, de Londres, de Frankfurt et de Genève en moins d’une décennie. Qui devrait prendre le leadership du BRICS pour proposer une telle plate forme aux pays du BRICS ? La Chine naturellement car c’est la plus grande puissance économique du BRICS. Or pour aborder ce type de solution révolutionnaire pour l’économie mondiale, il faut découvrir et maîtriser la…science des systèmes ; ce qui est une montagne insurmontable pour la Chine qui ontologiquement recherche plutôt…l’harmonie. Vivement un « nouveau DENG XIOPING » qui introduise la Chine dans la vraie révolution : celle de l’individu nouveau né, de la diversité, de la différence et de la complexité.


A force de repousser son ajustement structurel et sa révolution ontologique, la Chine prépare son effondrement ainsi que l’anéantissement complet de l’économie mondiale.
Nous espérons que suite à ce cataclysme les civilisations reviendront aux fondamentaux et aborderont enfin : la résolution de la question du bien et du mal, la naissance de l’individu nouveau qui est père de la communauté, des institutions et de l’histoire, la question de la vraie monnaie, la nature du travail.

Shalom à tous les peuples de la terre.

Rev. Apôtre Joseph TOUBI
josetoubi@yahoo.com

30.Posté par Queen Waters le 15/12/2015 15:39
Les relation chine Afrique font des bonne relation dans plusieurs domaine comme la lutte contre le terrorisme et en politique la preuve est que l'Afrique et la chine sera une étape importante dans l'histoire de la solidarité et de la coopération sino-africaine la Chine se dit prête à accompagner le Congo dans sa voie de développement et cela doit être encourager.

29.Posté par La fille au beaux yeux (Anaconda) le 15/12/2015 15:02
Initiative très salvatrice a encourager.

28.Posté par Goddess of the Sea le 15/12/2015 14:05
bonne chance pour la coopération chine Afrique j'en suis sur qu'il feront des bonne progrès dans un domaine de partenariat.

27.Posté par James Massoumba le 12/12/2015 16:58
C'est super bien pour nous les africains car cela justement permettrait aux Africains et nos pays car la Chine multiplie les stratégies de coopération visant à proposer plus d'accord commerciaux afin tous soyons gagnants dans l'ensemble......

26.Posté par MERCIDI le 07/12/2015 16:27
ce que nous déplorant c'est des conditions et des relations de travail dans les entreprises chinoises opérant dans une dizaine de pays du continent : rémunérations insignifiantes, journées trop longues, éreintantes et non entrecoupées de pauses, généralisation des contrats temporaires, voire absence de contrat, conditions de logement déplorables pour les travailleurs, non-respect des standards minima de sécurité, hostilité envers les syndicats, multiplication des menaces et des pressions envers les ouvriers, mesures de coercition, rétention des paies, maintien des travailleurs africains dans des postes subalternes et sous-rémunérés, etc.

25.Posté par jacques dirat le 07/12/2015 15:14
si nous sommes près pour un développement majore pour notre continent l'Afrique en générale et le Congo en particulier, ils nous faux change nos habitudes, notre regard vers le future ayant des perceptives d'avenir, un esprit innovateur dans les différente secteur et de vouloir trouver des solutions dans les différentes secteur social politique, culturel tel est l'esprit de se géant d'Asie, la Chine face a tous sa, nos chef d'état en encore beaucoup a apprendre, tel que la relève qui porte un regard vers le l'an demain, pour un avenir meilleur pour nos pays

24.Posté par jacques dirat le 07/12/2015 14:57
quand nous regardons le regard que porte la Chine vers les pays de l'Afrique qui veux une relation plus complète quelle que soit le tableau politique, et de nous apportes un soutien pour que parvenons a la paix a fin de prendre un dépare vers le développement il veux devenir pour ces pays non seulement un partenaire mais un ami qui sera la pour nous aider dans tous les demains social, politique, économique un telle collaboration ne peut que être en aubaine pour se vieux continent

23.Posté par jacques dirat le 07/12/2015 14:40
dans se 6e forum Afrique-Chine qui ces tenu en Afrique du sud qui a pour bute de renforce la coopération sino-Africain vient nous donnés un sur saut un réveille, une prise de conscience que l'Afrique est un grand partenaire pour les siècle a venir de se beau planète qui est la terre, en regardons vers les énergies renouvelables, vers la l'énergie verte, en sachant que, qu'il possède plusieurs ressources nature vierge, alors au regard de nous sa la coopération sino-Africain va permettre au pays Africain de prendre le développement a bras le corps

22.Posté par daisy ondongo le 07/12/2015 14:33
la Chine en Afrique est marquée par une véritable ambivalence ces ses actions dans le domaine économique démontrent sa stratégie de pénétration en Afrique, caractérisée ,un partenariat dont la finalité est révélatrice d’un comportement comparable aux puissances coloniales.

21.Posté par JOEL KIBA le 07/12/2015 13:36
Nous assistons à de plus en plus de chine en Afrique. l'intervention de la chine en Afrique a beaucoup changé d’échelle, ne serait-ce que dans la dernière décennie, puisqu’en 2001, l’action de la Chine était essentiellement concentrée sur cinq pays, contre plus de quarante pays aujourd’hui ». Cette évolution s’inscrit dans une mutation de la scène économique internationale. On assiste à « un basculement généralisé, depuis les deux dernières décennies, surtout, du centre de gravité de l’économie mondiale, de l’Occident vers l’Est et vers le Sud ». L’augmentation de ses financements dans certains secteurs, tels que l’agriculture, s’expliqué par la raréfaction des financements des bailleurs de fonds traditionnels.

20.Posté par fabrice keyoua le 07/12/2015 13:30
La multiplicité des opérations d'investissement de la chine en Afrique et la respect mutuelle des deux parties ne fera que renforcer le partenariat sud-sud.Si la Chine n’est pas un acteur nouveau en Afrique, sa présence s’est beaucoup renforcée au cours des dix dernières années. L’intérêt croissant de la Chine pour l’Afrique fait l’objet de critiques diverses (sur-spécialisation, ré-endettement des économies africaines, renforcement de la corruption,…). Pourtant, les données statistiques et issues d’enquêtes de terrain montrent que la situation est plus nuancée. L’intensification des relations entre la Chine et l’Afrique représentent une opportunité pour l’Afrique de se doter d’une stratégie économique, créatrice d’emplois, et pour les bailleurs de fonds traditionnels, de réformer leurs systèmes de coopération.

19.Posté par daniel fontaine le 07/12/2015 12:51
C' est une bonne opportunité que l' Afrique est Antrain de bénéficier sur ce forum entre la Chine et l' Afrique afin de se développer dans les différents domaines tel que :l' agriculture, l' industries et les infrastructures

18.Posté par Jack Iber Monris le 07/12/2015 08:38
La Chine une nation développée non comme les autres, toujours en restons à penser des autres aussi qui , voilà dont pourquoi elle en fait de son mieux pour contribuer à apporter de l'aide parfait en Afrique qui est un continent en voie de développement.

17.Posté par leancia bantsimba le 06/12/2015 16:05
Loin d'être le seul pays à prendre ses marques sur le continent, la Chine a toutefois adopté une stratégie qui semble porter ses fruits, elle se garde bien assortir son aide en Afrique avec des intérêts partagé.

16.Posté par claudine makoko le 05/12/2015 15:53
la chine met avant tout l’accent sur le renforcement de la base économique, laquelle est supposée en retour profiter dans l’ensemble de collectivité, la multiplication des acteurs dans le champ de l’aide, les pays africains se trouvent en meilleure position de force dans les négociations. un continent rempli d'espoir.

15.Posté par suite numerique le 05/12/2015 13:37
Enfin l'Afrique peut espérer à réaliser l'objectifs lancés sur le développement du continent africain . Le partenariat chine-Afrique , un lien qui existe depuis longtemps , ne cesse pas de produire des bons résultats au niveau de l'Afrique. Les dirigeants africains s'étaient inspirés depuis longtemps du développement au sein de leur pays , il leurs manquait des bons partenaires pour une telle marche . La chine par rapport à sa façon de faire des choses , est bien placée comme accompagnateur de se développement en Afrique .

14.Posté par NAPOLEON BONAPARTE BOLEZ le 05/12/2015 09:21
Dans un monde en pleine mutation, les grandes puissances se secouent et se bousculent.
Hier, c'était la conquête de l'espace: USA-URSS. Au jour d'hui la conquête de l'Afrique. Une conquête pas coloniale, mais une conquête de position, dans le sens le plus rigoureux du terme: la Chine contre les autres grandes puissances. Le défi est de grande taille. L'enjeu du jeu est important.
La Chine affirme posséder 10 jokers. Les africains sont tous séduits. J'en suis sûr. Jamais dans le passé, semblables propositions n'avaient été faites à l'Afrique. Cette approche stratégique donnera surement à la chine libre cours dans l'espace économique et commercial africain. Les autres puissances auront du mal à combler leur retard, s'ils ne proposent pas mieux que la chine.

13.Posté par koussala le 05/12/2015 09:07
Accompagner les efforts des pays africains en vue d'un développement indépendant et durable correspond aux intérêts des peuples africains, et à ceux des peuples du monde, et constitue une responsabilité commune de la communauté internationale. Dans sa coopération avec l'Afrique, la Chine respecte et défend toujours les intérêts vitaux des pays et des peuples africains. Elle s'en tient à l'équité et réclame la justice pour l'Afrique. Attachée aux avantages mutuels, la Chine soutient et aide de tout son cœur le continent africain pour réaliser la paix, la stabilité et le développement.

12.Posté par pitchou le 05/12/2015 09:05
Les échanges et la coopération entre la Chine et l'Afrique apportent plus de bénéfices aux peuples chinois et africains. La mise en place du développement entre le partenariat de coopération stratégique global sino-africain, pour consolider et renforcer la communauté de destin entre la Chine et l'Afrique.

1 2

Top News | Sur le net | Sur les réseaux sociaux | Dépêches | Sur la blogosphère | Dans la Presse | Dans les kiosques | Tribunes et analyses | À l' International | Intox ou Vérité | Clips & Spots | Arrêt sur image | Tribune Libre | Message Usager



Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso




Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle


Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces